“Il appelait pour avoir des consignes” : Un juge de la Cour Suprême épinglé par Me Benzaïm !

Noyée dans un long article consacré à l’affaire Haddad, une information révélée par l’avocat de l’ancien ministre sous Bouteflika, Amara Benyounès en dit pourtant long sur les dérives qui frappent le corps de la Justice algérienne…

« Le juge instructeur de la Cour suprême était obligé d’appeler pour avoir des consignes”.

C’est la fracassante révélation que fait Me Noureddine Benzaïm, un des avocats de Benyounes, dont les propos ont été rapportés par le quotidien Liberté dans son édition de ce samedi 27 juin.

Le même avocat indique que lors de l’instruction de l’affaire dans laquelle son mandant est impliqué, “le juge d’instruction n’avait pas le courage de nous regarder dans les yeux, car il n’avait trouvé aucune preuve pour incarcérer Benyounès”.

Ce qui fait dire à l’avocat qu’il s’agit d’ “un procès politique”  où “des responsables ont été jetés en prison, pour ensuite confectionner un dossier prouvant leur culpabilité”. 

Même son de cloche pour les s avocats de l’ancien président du Forum des chefs d’entreprise et patron de l’ETRHB Ali Haddad qui indique qu’“Il s’agit de règlements de comptes politiques.” C’est d’ailleurs autour de cette stratégie de défense qui s’appuie largement sur la fragilité et le bâclage du dossier d’instruction, que le collectif d’avocats d’Ali Haddad a construit ses plaidoiries. 


Lire aussi :


Un commentaire sur ““Il appelait pour avoir des consignes” : Un juge de la Cour Suprême épinglé par Me Benzaïm !

Ajouter un commentaire

  1. Du coup …ils sont tous innocents…juges et avocats sont véreux … chacun roule pour sa pomme dans ce bled ….du coup on dira c’est la faute du pape….ainsi tout ce beau monde immonde sortira blanchi…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :