Au lieu d’une Association Religieuse, le village Ait Bouyahia veut des projets de Développement !

Dans un communiqué daté du 18 juin, relayé par plusieurs pages facebook, les habitants d’Ait Bouyahia (Ath Douala – Tizi Ouzou) représentés par leur Comité de village, écrivent à plusieurs institution publiques.

Ces habitants y dénoncent l’agissement d’un groupe d’individus qui essaie de créer une association à la mosquée d’AKAL Aberkane. Une démarche qui piétine des siècles de coutumes et de traditions encrées dans la région.

En effet, pour éviter toute dérive et depuis toujours, seul le Comité du village représentant les habitants peut engager la création de ce type d’association.

Ainsi, les habitants de ce village avisent le Maire, le Chef de Daira, la Sûreté de Daïra, la direction des affaires religieuses que la création de cette association est nulle et non avenue.

Un rappel qui n’a pas manqué d’être salué par de nombreux internautes de la région et même d’ailleurs :

Cette affaire n’est pas sans nous rappeler de nombreuses autres du même type.

En effet, cette curiosité de vouloir créer des associations ou structures religieuses (dans des régions qui en sont déjà dotées) en lieu et place de proposer des projets de Développements demeure un véritable mystère.

De la religion à défaut de projets de Développement

En août 2018, le quotidien El Watan rapportait la levée de bouclier des habitants du quartier rue Abdelhafid Ouabdelkader, sis à la cité Tobbal, dans le chef-lieu de commune de Béjaïa.

Ces derniers s’interrogeaient sur l’opportunité de vouloir construire une nouvelle et énième mosquée. Ils avaient dénoncé dans une requête adressée aux autorités de la ville de Béjaïa, dont le président de l’APC, le Chef de Daïra, ainsi que le wali, la construction d’une mosquée de 4500 m2 sur 3 niveaux à Boghni (Tizi-Ouzou) (une ville qui en compte déjà plusieurs), alors que la région manque du béaba en infrastructures nécessaires à la vie en société.

Ils écrivaient :

«Nous sommes entourés de mosquées. Il y a déjà celle de Ben Badis, distante d’environ 500 mètres, et celle de Sidi Abdelhak, qui est également à quelques centaines de mètres, sans compter celle de Si Hcène, tout aussi proche. Pourquoi ajouter une mosquée quand il y en a déjà suffisamment, de surcroît sur le seul espace vert dont disposent nos enfants et nos personnes âgées ?».


Vidéo à voir


L’Islamologue Said Djabelkhir explique le rapport de l’Etat Algérien à la Religion.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :