“On a laissé lyncher Mhenni, aujourd’hui un bâtard s’attaque à Amirouche !” : Par Bachir Draiess

Sous prétexte que nous ne partageons pas le projet politique du (MAK), nous avons laissé nos ennemis traîner Ferhat Mhenni dans la boue. Nous nous sommes tus devant les insultes envers son père Moudjahid, sa mère, Moudjahida.

Alors que nous, nous savons tous que ce n’est pas Ferhat qui est visé, mais toute la Kabylie.

Cette passivité, ce silence devant toutes ces agressions ont libéré des racistes. De Ferhat Mhenni, à Kamal Eddine Fekhar puis à Lounes Matoub, à Abane Ramdane, à Hocine Ait Ahmed, à Idir.

Et récemment, un bâtard à osé s’attaquer au valeureux Colonel Amirouche.

Nous nous devons tous d’être solidaires et là, je m’adresse à tous ceux qui croient aux valeurs de la république. Aux progressistes, aux gens intelligents : arabophones francophones où Amaziphone. Nous devons défendre la liberté d’opinion et l’honneur et la mémoire de nos valeureux hommes.

Idir, Matoub ont passé leur vie à combattre le régime pour réclamer la démocratie. Pas uniquement pour la Kabylie, mais pour toute l’Algérie.

Idem pour Ferhat Mhenni , même si ces dernières années, désespéré, il a décidé de changer de cap pour un projet radical. Ça reste un projet politique et une opinion. Mais n’oublions pas que pendant des décennies, il se battait pour tous les Algériens.

Tout algérien a le droit de critiquer son projet politique, le rejeter ou le combattre politiquement et pacifiquement. Mais nul n’a le droit d’agresser ou de salir la personne de Ferhat Mhenni.

Si nous n’arrivons pas à nous solidariser entre Arabes et Kabyles, ce que je ne souhaite pas, tachons au moins d’être solidaire entre Amazighs, Chaouis Tergui, Mozabites, Snousis et Chelhi de Tlemcen ou Chenoui de l’atlas Bledéen et de Tipaza et Chenoua.

C’est à ce moment qu’on verra si un quelconque bâtard osera toucher à un cheveu d’un Amazighe ou salir la mémoire de l’un de nos valeurs martyrs ou à l’un de nos symboles.

L’Algérie est d’abord berbère (méditerranéenne) . Et on discutera après avec les vagues successives de populations qui y sont arrivées depuis vingt siècles, en posant comme socle que la colonisation, quelle que soit sa durée, ne vaut pas loi : qu’elle soit romaine, arabe, turc, ou française.

L’Algérie d’abord et les algériens sont en majorité des berbère, les uns linguistiquement arabisés de force, les autres ayant gardé leur langue.

Quand à cette plateforme du Congrès de la Soummam qui semble poser de gros problèmes aux islamo-conservateurs ou au courant Basdissites Novembristes, peut nous servir d’inspiration pour une Algérie moderne et indépendante de TOUTES les influences de TOUS ses anciens colonisateurs depuis Rome.

Nous sommes ce que nous sommes, laissons ces différents de coté car nous avons de la place pour construire une grande nation algérienne en respectons les trois langues ; Tamazight, L’Arabe et ce butin de guerre qu’est le français !

Les langues sont une chance et non un problème.

Amicalement

Bachir Derrais, Le 04 Juin 2020

Dernière photo :
Colonel Amirouche Ait Hamouda – 1926/1959

Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :