Documentaire “commandé” sur le Hirak : Nathalie Darrigrand, future patronne de la chaîne Algérie internationale ?

« Réduire un mouvement populaire aux revendication politiques au désir de masturbation d’une ado pour faire de l’audimat ».

C’est ainsi, entre autres, qu’a été perçu le reportage diffusé hier mardi 26 mai, sur la chaîne française France 5, sur le mouvement populaire algérien, aussi appelé Hirak.

« Ce reportage sensé rapporté la réalité d’un mouvement politico-social le réduit à un manque de Zob, de masturbation, d’alcool et de drogues », peut-on lire dans un commentaire.

Une insulte ! Le tollé est général sur la toile.

Si beaucoup y ont vu une perche tendue au Régime algérien, ayant vocation de fracturer le Hirak, notamment en titillant les tendances conservatrices du mouvement, d’autres avancent une toute autre thèse.

Nathalie Darrigrand, future patronne de la chaîne « Algérie Internationale« 

La page Facebook, « La Page Thagastoise », qui compte prés de 268.000 abonnés, révèle en guise d’explication une bien curieuse affaire.

Ainsi, selon la page, la journaliste Nathalie Darrigrand directrice par intérim de France 5 aurait dealer ce « tissu de mensonges » avec les autorités algériennes contre un poste de travail des plus avantageux dans une nouvelle chaîne internationale d’information financée exclusivement par l’Algérie.

 « REPORTAGE DE FRANCE 5 SUR LE HIRAK

Un cadeau d’une journaliste française à son futur employeur l’Algérie.

Un seul coup de fil à un ami journaliste à France 3 nous a suffit de savoir que Nathalie Darrigrand directrice par intérim de France 5 va quitter cette semaine cette chaine publique pour travailler sur la création d’une nouvelle chaîne internationale d’information financée exclusivement par l’Algérie . On nous a fait savoir que son remplaçant Takis Candilis est très mécontent de ce reportage à charge contre le Hirak et qui le considère comme un coup dans le dos de France Télévision porté par la future ex directrice de l’antenne et des programmes et directrice générale par intérim de cette chaine. Affaire à suivre … »

La Page Thagastoise enfonce le réalisateur…

Au sujet du « journaliste » franco-Algérien ayant réalisé le reportage, La Page Thagastoise écrit :

« UN JOURNALISTE ÉGARÉ DANS LES MÉANDRES DE SES AMBITIONS

On n’a pas assez d’informations sur ce journaliste mais tout ce qu’on sait que c’est un ambitieux prêt à tout pour réussir quitte à franchir toutes les frontières qui limitent le métier du journaliste.

Il a fait ses débuts à Lyon Capitale où il n’a pas tardé à être viré. Il rejoint ensuite le quotidien le monde où il a crée beaucoup de problèmes en se disant inlassablement victime du racisme avant d’être congédié.

C’est un journaliste sportif qui essaye de se lancer dans le journalisme de société sans grand succès.

Habituellement les services consulaires ne donnent jamais de visas aux journalistes désirant se rendre en Algérie pour le travail ou même pour faire du tourisme , lui n’a pas eu ce problème . Il a même reçu une autorisation de tournage avant son arrivée à Alger, chose quasiment impossible pour tout autre journaliste étranger puisqu’il se dit avant tout français. Une preuve que les autorités algériennes sont derrières ce scandaleux reportage. »

Quelques réactions…

Dans son édition de ce mercredi 27 mai, le Site ObservAlgérie rapporte quelques réactions :

« C’est vraiment donner l’occasion aux islamistes de rebondir et d’exploiter ça.  Les vraies revendications n’y figurent pas ! Les vrais opposants n’ont pas été montrés (les vrais activistes emprisonnés), c’était bien orienté et ficelé, » s’insurge Ahcene. B.  Ce dernier estime qu’ « il y a comme un sentiment de complaisance entre les deux régimes (français et algérien) pour mieux torpiller [notre] chère révolution ».

Le journaliste Kouceila Rekik : « 54 semaines de manifestation, de sacrifice, de pacifisme, de solidarité et de lutte. Aucune des revendications fondamentales du Hirak n’a hélas intéressé le réalisateur de France 5, préférant se focaliser sur le “libertinage” audiovisuel. Les mœurs et la vie personnelle des gens ne nous intéressent point ».

ObservAlgérie écrit : « Pour de nombreux internautes algériens, ce long métrage aurait pu être diffusé dans un cadre purement social pour parler des frustrations de la jeunesse à vivre sa liberté. Sans prétendre toutefois, raconter une année du Hirak véhiculaire des revendications politiques légitimes  porteuses d’une immense vague d’espoir de tout un peuple. »

Dans un tweet, une internaute écrit :

« Voyez-vous cette femme ? Son fils a été kidnappé pendant la décennie noire alors qu’il n’avait que 16 ans, depuis elle n’a aucune nouvelles sur lui. Je ne pense pas qu’elle soit sorti pour avoir plus de liberté sexuelle, ou bien boire de la bière en public … #AlgerieMonAmour« .


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :