“Ce qui m’horripile dans notre pseudo-foi musulmane” / Hakim Laalam diagnostique…

Win etrouh ya qettal errouh ? Par Hakim Laalam

Future Constitution. Article 1 : l’éducation et la santé…

… religions d’État ? 

J’ai toujours été fasciné par la chute des empires. Je le suis aussi par l’avènement des empires. Mais plus par leur chute, je dois bien l’admettre. Comment un empire tombe. Comment il s’effondre. À quelle vitesse. Pourquoi suis-je de ceux qui souhaiteraient presque des images au ralenti de cet effondrement, pour mieux profiter de ce spectacle unique.

Ça monte. D’un coup ! Et ça s’affale. D’un coup, encore plus rapide. Il paraît qu’il ne faut pas accabler les empereurs déchus, en détention.

C’est ce côté «Rahma-Benks» qui m’horripile dans notre culture et notre pseudo-foi musulmane. Comme pour les fêtes et autres Aïds où les pires ennemis se croient obligés de se faire la bise et de se donner l’accolade ces jours-là, quitte à s’entretuer dès la fête terminée.

Ben… non ! Je dénonce cette culture hypocrite.

L’emprisonnement d’un empereur, d’un empereur «haggar» ne m’émeut pas d’un poil, ne suscite aucune compassion en moi.

C’est à cause de ma mémoire. Ma mémoire, c’est à peu près le seul truc intact, valide que j’ai pu préserver au bout de 35 ans de métier. Et ma mémoire est férocement valide.

Je me souviens d’artistes, d’écrivains, de journalistes et d’hommes politiques traînés dans la boue par des télés offshores, leurs comptes Facebook, leurs photos intimes diffusés en prime time et en boucle par ces télés-poubelles.

Leur foi ou leur athéisme ou leur foi en l’athéisme déshabillés face à des caméras dont le seul truc caché était l’éthique !

Et je devrais aujourd’hui compatir pour motif de détention des empereurs naguère à la tête de ces armées de caméras déshabilleuses ?

Si demain je devais être arrêté pour un motif flagrant de ma concupiscence et de ma corruption, je me terrerais au fond de ma cellule sans attendre la compassion du dehors. Comme premier, dernier et seul acte héroïque de mon calamiteux parcours, je refuserais toute solidarité corporatiste.

 J’implorerais juste le pardon de mes enfants et de ma compagne pour le mal fait à eux. Et s’ils ne me l’accordent pas eux aussi, je crois bien que je comprendrai.

La vie a un prix. Il faut accepter de le payer, et ne pas attendre qu’on le paie pour vous.

Petite parenthèse : j’ai trouvé très digne et très respectable la forme adoptée par l’Arav pour convoquer certains patrons de TV offshores ou leurs… lieutenants-mandataires. Il n’y a pas eu d’images de ces convocations, de films infamants les montrant sous toutes les coutures, les exhibant à la queue leu leu. Contrairement à certaines de ces TV qui ne rataient pas un enterrement-exécution, un fourgon, une entrée de tribunal militaire ou civil pour gaver leurs spectateurs avec.

 J’vous l’avais dit, j’ai la mémoire féroce. Pour en juguler la fureur, je n’ai pas trouvé d’autre remède que de fumer du thé pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue.

Hakim Laalam, Le Soir d’Algérie, Le 10 mai 2020


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :