On tue les cigognes pour nettoyer les mosquées, On abat un arbre centenaire pour poser un trottoir…

Un internaute poste :

« Quand est-ce que ce pays sera doté de réglementations, de normes, d’un système qui organise. En résumé d’un environnement qui encadre au lieu de laisser les uns et les autres décider en fonction de leur bon vouloir, leur humeur, et leur bien-être personnel… ?

On a vu les trottoirs devenus propriétés privées de jeunes qui font payer le stationnement. Les plages publiques aux mains de jeunes munis de gourdins, barres de fer et couteaux qui font payer les estivants. Les terrains sur lesquels un jour des gens viennent y construire des habitations…

Bref, un no man’s Land qui semble être livré au plus fort ou à celui qui fera le plus de bruit et dont les actes sont toujours justifiés. « 

Dans cet ordre d’idées, deux actualités viennent compléter ce désolant tableau.

Quelque part en Algérie…

Le lieu n’est pas précisé, mais cette photo publiée sur Facebook parle d’elle même…

Commentaire : « Quand un âne innove« 

Saccage de nids de cigognes lors de la restauration des mosquées…

Profitant de la fermeture des mosquées pour cause de prévention contre la propagation du coronavirus, la direction des affaires religieuses et des wakfs de la wilaya de Biskra a initié des opérations de stérilisation des salles de prières, de nettoyage et de désinfection des alentours, de ravalement et de blanchiment des locaux attenants et de renouvellement de la peinture des minarets et des dômes de ces édifices cultuels.

Eu égard à la ferveur des entreprises choisies et des membres de plusieurs associations intervenant bénévolement pour sauvegarder le lustre et la beauté de ces lieux de prières, cette opération se déroule dans de bonnes conditions à la grande satisfaction des citoyens, rapporte le quotidien El Watan.

Lire aussi : Cours de “ROKIA” : Après l’Ecole d’Oran, évanouissement de 16 étudiantes dans un Lycée à Sétif !

Seul bémol signalé par des écologistes de tous acabits, des nids de cigognes. ayant élu domicile aux faîtes des minarets depuis des décennies, sont saccagés par des manutentionnaires indélicats procédant au nettoyage et à la rénovation de ces constructions longitudinales et élevées où ces échassiers migrateurs reviennent chaque année pour la nidification et la ponte d’œufs avant d’entamer un long périple aérien pour regagner le sud et les régions septentrionales de l’Europe pour y passer l’été et revenir en hiver retrouver leurs nids à Biskra.

Alertés par des riverains de la mosquée El Badr, située près de la cité HLM du centre-ville de Biskra, qui ont vu des maçons et des peintres tenter de saccager des nids de cigognes pour nettoyer le point culminant du minaret, des agents de la Conservation des forêts sont intervenus pour arrêter ce carnage écologique.

À noté que ce n’est pas la première fois que cela se produit. Hamoudi Hayouni, président de l’ «Association Biskra la verte» (ABV), a indiqué qu’il y a moins de couples nicheurs et bientôt on ne verra plus ces oiseaux à Biskra»…


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :