Arrestation du DGSI Wassini Bouazza: « Il a été pris de court », Le CPMI à la manœuvre…

Lundi 13 avril, durant les premières heures de l’annonce de son éviction, le Général Wassini Bouazza, patron de la Direction Générale la sécurité intérieur (DGSI) avait été donné en fuite, puis arrêté avec d’autres officiers qui composaient son équipe de confiance, lors d’une opération musclée.

Des versions qui ont alimenté les réseaux sociaux par les voix d' »Influenceurs » (faiseurs d’opinion) et pages en quête de Buzz relayés par des milliers de partages.

Pourtant, 76 heures après ce séisme qui s’est produit au plus haut sommet de la hiérarchie militaire,  il en ressort qu’il s’agissait d’une arrestation soigneusement préparée et menée suivant une stratégie minutieusement étudiée.

A la manœuvre : les éléments CPMI (Centre principal militaire d’investigation). Un corps d’élite dépendant des Services Secret aguerri aux opérations sensibles.

Ainsi, quelques heures à peine après l’annonce de son éviction et  la nomination du Général Abdelghani Rachedi’ à la tête la DGSI, tout est allé très vite.

Dans son édition de ce jeudi 16 avril, Le Soir d’Algérie atteste que le Général Wassini Bouaza a tout simplement « été pris de court » et arrêté, au moment où il ne s’y attendait pas. Il a ensuite été conduit dans des locaux des services de sécurité. Sur place, il a été interrogé avant qu’il ne soit mis aux arrêts. Le quotidien conclut qu’il a finalement été officiellement mis sous mandat de dépôt.


Sur le même thème :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :