Coronavirus : Lavage à l’eau et au savon ou Gels Hydroalcooliques ?

Depuis l’apparition du Covid-19 les ventes de gels désinfectants pour les mains ont explosé et leurs prix avec.

Pourtant, la communauté scientifique s’accorde à dire qu’en matière d’hygiène des mains, la solution par excellence pour prévenir la propagation des maladies infectieuses demeure le lavage à l’eau et au savon (à l’eau chaude, et non à l’eau froide). Celui-ci permet en effet d’éliminer les films huileux qui recouvrent nos mains et qui hébergent parfois des microbes pathogènes.

Les désinfectants pour les mains peuvent eux aussi protéger contre ces microbes, en particulier dans les situations où l’eau et le savon ne sont pas disponibles.

Mais, selon les médecins,  si l’efficacité des Gels Hydroalcoolique est avérée, ils peuvent à forte dose, être contre-productifs voire dangereux. En effet, l’alcool présent dans ces solutions peut, à l’excès, réduire les défenses de la peau. Cette dernière ne doit pas être débarrassée de toutes ses bactéries puisqu’il existe une flore cutanée bénéfique, qui protège nos mains des agents pathogènes.

Gel : À base d’alcool et sans alcool

De plus, il faut savoir que même si ces désinfectants peuvent participer à réduire le risque d’attraper certaines infections, ils ne sont pas tous aussi efficaces les uns que les autres contre les coronavirus.

Il existe deux principaux types de désinfectants pour les mains : à base d’alcool et sans alcool. Les premiers contiennent des quantités et des types d’alcool (généralement de 60 à 95 % d’alcool isopropylique, d’éthanol ou de n-propanol). Dans les seconds, l’alcool est remplacé par des composés chimiques appelés ammoniums quaternaires (généralement du chlorure de benzalkonium). Ceux-ci peuvent réduire la quantité de microbes, mais sont moins efficaces que l’alcool, dont on sait qu’il est capable de tuer la plupart des germes.

Les désinfectants pour les mains à base d’alcool se sont avérés efficaces pour tuer non seulement de nombreux types de bactéries, y compris des staphylocoques multirésistants aux antibiotiques et des souches pathogènes d’Escherichia coli, mais aussi de nombreux virus, y compris le virus de la grippe A, rhinovirus, le virus de l’hépatite A, le VIH, et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV).


Sur le même thème :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :