70 Milliards $ volés et transférés : Me Belhocine explique comment les récupérer…

« Djillali Hadjadj de l’Association algérienne de lutte contre la corruption estime à 70 milliards de dollars le montant spolié au peuple algérien ».

C’est ce qu’a confié le 13 Mars, dans une interview accordé au site DzVid, l’avocat algéro-suisse Lachemi Belhocine, président du collectif « Algériens sans frontières », Il évoquait « l’argent volé » par les hauts responsables de l’Etat algérien et transférées sans autorisation depuis le Trésor algérien vers des banques sises en Suisse, Singapour, Bruxelles, etc.

Est-il possible de le récupérer ?

Me Lachemi Belhocine : Je vous l’affirme ici que oui, il est possible de récupérer au moins une grand partie de l’argent volé. A titre d’exemple, nous savons tous que des biens immobiliers ont été achetés, notamment en Espagne. Il suffit pourtant que le ministre de la Justice algérien saisisse son homologue espagnol d’une demande visant à obtenir une liste complète de tous les Algériens propriétaires de biens immobiliers en Espagne.

Ensuite, la justice algérienne doit convoquer ces propriétaires afin qu’ils s’expliquent sur la provenance des fonds ayant servi à l’acquisition de ces immeubles. Le même procédé peut facilement être diligenté concernant les sociétés créées en Espagne par des Algériens, pour ne citer que ces deux exemples.

De plus, il faut savoir que l’Etat algérien a mis en place une autorité habilitée à autoriser les transferts de devises à l’étranger. Cette autorité s’appelle le « Conseil de la monnaie et du crédit ».

Selon une source fiable, cette autorité n’a pas délivré depuis 2010 d’autorisation de transfert de devise. Donc, il s’agit de transfert illicite puisque non autorisé. C’est à la justice de saisir toutes les banques algériennes qui ont transféré des devises pour le compte de leurs clients. Sur la base de la liste des noms qui ont transféré ces devises, des investigations peuvent assurément permettre de récupérer cet argent, du moins en partie.

Aucune demande de gel ni de récupération n’a été introduite par l’Etat algérien.

Me Lachemi Belhocine : L’actuel ambassadeur de la Suisse en Algérie, Monsieur Lukas Rosenkranz, a révélé récemment, que la Suisse était disposée à collaborer avec les autorités algériennes si celles-ci en faisaient la demande de récupérer l’argent spolié au peuple algérien. Il faut comprendre ce langage diplomatique comme une révélation qu’aucune demande de gel ni de récupération n’a été introduite par l’Etat algérien.

Sinon à quoi sert l’Etat ?

Me Lachemi Belhocine : « Ce qui me choque dans les déclarations de nos responsables politiques précédents et actuels, c’est cette idée qu’il serait quasi impossible de récupérer l’argent du peuple algérien. C’est inacceptable. Comme si vous alliez au poste de police déposer une plainte pour vol ou agression et que l’officier de police vous dise : Je ne peux rien faire. Alors à quoi servirait l’Etat, s’il est incapable de réparer les injustices ?


Sur le même thème :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :