A propos de Tabbou : En vidéo, Samir Benlarbi en flagrant délit de mensonge !

Deux séquences vidéos mettent face à face deux déclarations contradictoires de l’activiste et un des leaders du mouvement populaire algérien, Samir Benlarbi.  

Évoquant le cas Karim Tabbou, ce monsieur dit : 

  • Première séquence :

« Le dossier de Karim Tabou est vide. Son discours à Kherata est clair. Il n’y a absolument rien qui puisse l’incriminer. Cet homme a été lésé dans ses droits ».

  •  Deuxième séquence :

« A Kherata, nous étions tous invités à intervenir et chacun a dit ce qu’il avait à dire. L’intervention de Karim Tabbou contient des propos inacceptables que nous réfutons sur la forme comme sur le fond. Il en est responsable devant l’histoire ».

La suspicion bat son plein !

La suspicion contre l’élite politique qui a émergé du mouvement populaire algérien qui vient de fêter sa première année continue à grandir et les internautes deviennent de plus en plus méfiants face à ceux qui son désignés désormais comme le nouveau visage du parti islamiste dissous « FIS ».

Il faut dire que la visite de trois des leaders du Hirak (Mustapha Bouchachi, Lakhdar Bouregaa et Samir Benlarbi) au N°2 du FIS, Ali Benhadj, le jour de l’anniversaire du Hirak (22 février 2020), n’a pas été du gout de tout le monde. Et ils sont nombreux à s’interroger sur l’opportunité d’une telle visite qui pour beaucoup a annoncé un tournant dans ce mouvement populaire qui s’est depuis vu fractionné entre ceux qui y ont vu une tentative de rassembler quand d’autres l’ont interprété comme une véritable alliance avec le parti islamiste dissout et une réhabilitation de ses membres qui annonce son prochain retour…

Lire aussi : “Détournement de fonds, Despotisme…” : Quand la LADDH révélait le vrai visage de Mustapha Bouchachi !

Le commentaire :

Sur un post Facebook, un internaute commente cette actualité : « L’élite qui a émergé du Hirak nous propose d’échanger une dictature militaire contre une dictature religieuse. Dictature pour dictature, je préfère la dictature militaire ».

Lire aussi : “Bouteflika le payait. Gaid l’a mis en prison !” : Rahmani révèle les vrais raisons de l’incarcération de Lakhdar Bouregaa !

Sur le même thème :



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :