Découvrez “La Pergola”, le Bar-Restaurant Parisien de Djamila Tamazirt… (Photos)

Dans son édition du lundi 3 février, Algérie Part nous rapportait de nouvelles révélations contenues dans le rapport de la deuxième audition de l’ancienne ministre de l’Industrie au gouvernement de Nourredine Bedoui, Djamila Tamazirt, qui s’est déroulée au courant cette semaine devant les enquêteurs de Bab Jdid.

Selon le site, parmi les sujets abordés par les enquêteurs : Les conditions très suspectes des actifs en devises à l’étranger notamment en France dans un bar-restaurant appelé “La Pergola” qui est situé au Levallois-Perret, dans la région Ile-De-France.

Bienvenu à “La Pergola”

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le site précise que cette acquisition s’est faite à l’époque où Djamila Tamazirt était directrice financière et comptable de l’EPE ERIAD de 1999 à 2006, puis PDG de cette même entreprise de 2007 à 2014 avant de devenir PDG du groupe AGRODIV de 2015 à 2018.

Tamazirt enfonce Benaissa et Bouazgui

Autre sujet abordé lors de cette deuxième audition : Le scandaleux dossier du complexe agro-alimentaire de Corso situé dans la wilaya de Boumerdès qui implique l’oligarque Mohamed Laid Benamor.

Aux questions des enquêteurs, Djamila Tamazirt s’est contentée de botter en touche en clamant son innocence tout en accusant les anciens dirigeants politiques du régime Bouteflika de l’avoir contrainte à associer Mohamed Laid Benamor à la reprise en main des activités industrielles du complexe agro-alimentaire de Corso.

Djamila Tamazirt a responsabilisé dans ce dossier les anciens ministres de l’agriculture Rachid Benaissa et Abdelkader Bouazgui qu’elle accuse d’avoir exercé sur elle de fortes pressions pour concéder à ce milliardaire des avantages illicites et des privilèges douteux.


L’affaire ERIAD – Benamor :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :