« Washington a forcé la main à Alger » : Houda Feraoun dans le Tsunami « Huawei Gate » !

Intouchable malgré les innombrables frasques, révélations et incroyables bilans négatifs durant de longues années, Houda Imen Feraoun a fini par être soumise à une interdiction de quitter le territoire national (ISTN) par la Justice Algérienne pour, dit-on, « des enquêtes l’impliquant dans plusieurs dossiers de corruption ».

Protégée par le géant chinois des télécommunications Huawei, aucune institution judicaire ou sécuritaire algérienne n’avait  jusque-là osé s’y frotter.

C’était toutefois sans compter la guerre technologique qui met aux prises la première puissance mondiale et le géant chinois. Aussi appelé : « Huawei Gate ».

« Washington a forcé la main à Alger »

Ainsi, ils sont nombreux à voir dans la démarche de la Justice une pression américaine sur les autorités algériennes. Les observateurs croient savoir que les poursuites conte l’ex ministre des Telecom vise une seule et unique finalité : épingler le Groupe Huawei.

D’autant que l’Algérie a nommément été mentionnée parmi les pays où ce géant des Télécom mondial s’impose, en Algérie comme dans tous les pays où il fait main-basse, par un impressionnant lobbying reposant sur un procédé de corruption à grande échelle qui s’étale horizontalement et verticalement à travers plusieurs institutions et administrations du pays où il s’installe.

Dans son édition du 4 décembre 2019, le site Algérie Patriotique rapportait que « le secrétaire d’Etat américain a cité l’Algérie dans un message adressé aux ministres des Télécommunications réunis à Bruxelles ».

Mike Pompeo dans son réquisitoire contre le géant chinois des télécommunications a affirmé que « Huawei est accusé de corruption dans des pays comme l’Algérie, la Belgique et le Sierra Leone ».

Et au site de conclure que « le dossier Huawei en Algérie, dans lequel sont impliqués Houda-Imane Feraoun, de hauts responsables et des hommes d’affaires proches des cercles du pouvoir, est suivi à la loupe par l’ambassade des Etats-Unis à Alger et les services du renseignement américains ».

« Huawei Gate » en quelques mots…

Au-delà des aspects économiques et technologiques, la maîtrise de la 5G par la Chine inquiète les USA à un moment où cette technologie sera au cœur des grands réseaux d’infrastructures tels que celui des transports, de l’énergie ou de la finance.

On qualifie déjà ce front d’une guerre froide digitale entre la Chine et les Etats-Unis et ce depuis la signature le 15 mai 2019 par l’actuel président des USA du décret qui entre autres interdit à certaines entreprises chinoises dont Huawei de participer à la construction des réseaux 5G des opérateurs télécoms américains.

Selon plusieurs sources spécialisées, « cela semble surtout être un moyen de pression utilisé par Washington pour faire plier Beijing ».


Sure le même thème :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :