« Paranoïa, dépression… » Said Bouteflika, sous l’effet de manque de cocaïne, rechute !

« Said Bouteflika risque-t-il de mourir ? ». C’est ainsi que titre ObservAlgérie son sujet sur Said Bouteflika paru dans son édition de mercredi 8 janvier 2020.

Le site rapporte, en effet, que l’état de santé du frère de l’ex-président a rechuté. Il serait « très affecté par son incarcération et sa santé, tant mentale que physique, ne cesse de se détériorer ».

Évoquant « des sources, bien informées », ObservAlgérie parlent d’une inquiétude au plus haut sommet de l’Etat.

Sont évoqués : des signes de « troubles du fonctionnement mental qui se manifestent par des comportements paranoïaques (…) Said Bouteflika refuse de manger et prendre ses traitements. Il vit très mal son emprisonnement et craint sérieusement d’être empoisonné. »

Ce qui, selon la même source, met dans embarrassas les plus hautes autorités de l’Etat. Surtout que son incarcération est le fait d’un pur procès politique. Aucune poursuite pour corruption ou autre dilapidation n’a été engagée. Un dossier purement politique donc qui fait craindre aux autorités de se retrouver avec un Bouteflika mort en prison.

Les symptômes empirent, inquiétudes au sommet de l’Etat !

ce n’est pas la première fois que l’état de santé précaire de Said Bouteflika est évoqué par la presse. Le magazine Mondafrique dans son édition du 4 novembre 2019, avait déjà révélé quasiment les mêmes symptômes qui frappent le frère du président déchu.

« Said Bouteflika développe certains troubles de paranoïa craignant qu’il soit victime de tentatives d’empoisonnement. Il  boycotte même les médicaments que lui fait parvenir l’infirmerie de la prison militaire de Blida », rapportait le site.

Selon le magazine français, « Ces troubles psychiques inquiètent particulièrement l’entourage et membres de la famille de l’ex-conseiller frère de l’ancien Président de la République ».

Condamné à quinze ans de prison ferme le 25 septembre dernier par le tribunal militaire de Blida,  Saïd Bouteflika a été jugé pour « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’État ».  Et depuis, indique le magazine, ce dernier vit très mal le sort qui lui a été réservé par la justice militaire et sa santé n’a cessé de se dégrader.

Syndrome de sevrage de la cocaïne !

Si Mondafrique comme Observ Algérie évoquent « le sort qui lui a été réservé par la justice militaire » et « les conditions d’incarcération », comme causes de cette dégradation de son état de santé, ils sont nombreux à imputer cette « paranoïa » à l’effet de manque, du fait qu’il est apparu depuis les révélations fracassantes sur sa vie privée, notamment médiatiques, qu’il était cocaïnomane. Un syndrome de sevrage de la cocaïne qui peut conduire à ce type de comportements paranoïaques…

Les soirées Bunga Bunga de Said Bouteflika dans la villa du chemin Mackley !

Le site Le Matin d’Algérie nous rapportait il y a quelques mois, quelques aspects de la vie de Said Bouteflika, le vice roi du régime sous le règne de son frère, Abdelaziz Bouteflika :


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :