« Nekkaz n’est ni Tabbou, ni Ouyahia. Nekkaz c’est la France ! » : Le frère de Nekkaz menace le Régime Algérien… (Incroyable vidéo)


Réagissant à l’arrestation de son frère, Djamel Nekkaz menace ouvertement le régime algérien et demande aux autorités Françaises d’intervenir !

Rappelons que L’homme d’affaires et militant Rachid Nekkaz a été arrêté à son arrivée à Alger alors qu’il entendait porter plainte contre le chef de l’armée algérienne. Le juge d’instruction auprès d’un tribunal algérois a décidé le 4 décembre de placer Rachid Nekkaz en détention provisoire à la prison d’El Harrach. Il est accusé selon un communiqué rapporté par la télévision publique algérienne d’«atteinte à l’unité nationale», d’«incitation à la violence par le biais des réseaux sociaux» et de «planification d’opérations destinées à empêcher les citoyens à effectuer leur devoir électoral».

Il voulait déposer plainte contre le chef d’état-major

Quelques heures avant son arrestation, depuis l’Espagne, Rachid Nekkaz avait annoncé sur Facebook son intention de porter plainte contre le chef d’Etat-major Ahmed Gaid Salah, qu’il accuse de violer l’article 55 de la Constitution algérienne garantissant à chaque citoyen algérien de jouir «de ses droits civils et politiques» et «de choisir librement le lieu de sa résidence et de circuler». 

Favorable à l’exécution des députés

Habitué des coups médiatiques, l’ex-binational franco-algérien s’était dit, dans un intervention sur facebook le 4 novembre, favorable à l’exécution de députés qui voteraient en faveur de la loi controversée visant à assouplir et simplifier le régime juridique et fiscal du secteur des hydrocarbures. Ses opposants – qui considèrent illégitime le gouvernement à l’origine de cette loi – dénoncent une volonté de dilapider la rente pétrolière. 


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :