« Il est malade  » : 2 juristes de Bouchouareb noient la Justice algérienne dans ses propres procédures !

« Il est malade ! ». Trois mots prononcés dans un courrier accompagné d’un certificat médical  et c’est toute l’Institution Judiciaire algérienne qui est noyée ne sachant ni quoi faire ni comment pour inciter l’ex-ministre de l’Industrie, Abdesselem Bouchouareb à se présenter à la barre ce lundi 2 décembre 2019 lors du « procès du siècle », comme le qualifie la presse algérienne et qui n’a finalement pas eu lieu.

Bouchouareb ne s’est, non seulement pas déplacé, mais n’a même pas pris la peine de répondre à la convocation de la Justice , se contentant de renvoyer les magistrats algériens à son dossier médical que leur ont remis ses deux juristes en novembre dernier.

En effet, selon ce que rapportait Le Soir d’Algérie dans son édition du 3 Novembre 2019, l’ex-ministre de la Justice a fourni un dossier médical portant sur « des problèmes de santé psychologique l’empêchant de voyager », ajoutant qu’il « s’est transformé physiquement de manière à être méconnaissable », indique le même quotidien. 

Un argument conseillé par deux imminents juristes français à l’ex-ministre de l’Industrie et qui a complètement paralysé la Justice algérienne qui ne trouve pas de réplique légale.

Au final, Bouchouareb ne semble être ni inquiété par les procédures que de nombreux observateurs jugent « bâclées » engagées par la Justice algérienne, qui selon Le Soir d’Algérie a tardé à instruire la requête d’extradition, ni même par le mandat d’arrêt international que cette même Justice à lancé après que ce dernier n’ait pas répondu à « deux convocations consécutives ». Une requête tout aussi « bâclée » qui a du mal à être recevable par l’institution judiciaire française qui a émis des réserves, notamment sur la forme .  

Le procès « du siècle » reporté pour le 4 décembre…

Finalement, le procès présenté comme « le procès du siècle » n’a pas eu lieu. En effet,  le juge du tribunal de Sidi M’hamed d’Alger a décidé, ce lundi 2 décembre, de reporter le procès dans lequel devaient comparaître Bouchouareb en compagnie des anciens premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia au 4 décembre 2019.

En cause, selon le site TSA, « Un avocat pointe la mauvaise organisation et l’exiguïté de la salle du tribunal de Sidi M’hamed pour contenir la foule venue assister au procès. Il propose de le délocaliser dans une grande salle ».


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :