UE-Algérie : Ce que contient le « premier » texte du Parlement Européen…

Le Parlement européen votera, ce jeudi 28 novembre, une résolution demandant aux autorités algériennes de mettre un terme à la répression du mouvement populaire. Un premier texte en prélude à d’autres qui pourraient bien mettre en difficultés les biens et situations administratives en Europe (notamment en France) des tenants du Pouvoir en Algérie et leurs familles.

Selon ce que rapporte le site TSA, ce jeudi 28 novembre, le texte des eurodéputés évoque :

  • Une condamnation ferme des détentions arbitraires et illégales ainsi que les attaques et les intimidations de journalistes, syndicalistes, avocats, étudiants, défenseurs des droits de l’Homme et de la société civile et de tous les protestataires pacifiques qui ont pris part au Hirak.
  • La libération immédiate et sans conditions de tous ceux accusés pour avoir exercé leur liberté d’expression (Une vingtaine de noms de détenus, sont cités dans une liste qui, précise-t-il, est loin d’être exhaustive).
  • Les parlementaires européens demandent aux autorités algériennes de « mettre un terme à toutes les formes d’intimidation » dont sont victimes les protestataires, les défenseurs des droits de l’Homme, les journalistes critiques, etc.
  • Enlever toutes les restrictions aux manifestations pacifiques (…) » et supprimer et éviter tout usage excessif de l’utilisation de la force » par les forces de sécurité.
  • Mettre un terme à la violation de la liberté des chrétiens, des ahmadis et autres confessions religieuses minoritaires (Elle sollicite même la réouverture d’un certain nombre d’églises protestantes fermées récemment).

La résolution conclut en demandant « au Service européen d’action extérieur (EEAS, la diplomatie de l’UE), à la Commission européenne et aux États membres, de soutenir les groupes de la société civile, les défenseurs des droits de l’Homme, les journalistes et les protestataires en leur rendant visite en prison, en suivant leurs procès et en faisant des déclarations publiques (…) ».

Le Parlement européen « est convaincu que les réformes démocratiques et constructives (…) peuvent garantir la stabilité politique, économiques et sociale de l’Algérie ». Pour cela, il faut cependant que les autorités « engagent un dialogue sincère avec les organisations de la société civile pour créer un nouveau cadre juridique en conformité avec les critères internationaux des droits de l’Homme et la Constitution de l’Algérie », estiment-ils.

TSA citant des sources parlementaires, indique que le texte sera sans doute voté en séance plénière à une très large majorité par les principaux groupes parlementaires.

Le rappel :


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :