Bouchouareb et Khalil protégés par le statut de « Réfugiés » : Deux hommes mettent l’Algérie Échec et Mat !

Dans son édition du dimanche 3 Novembre, le quotidien Le Soir d’Algérie revient sur les cas des deux ex-ministres Chakib Khalil et Abdeslem Bouchouareb.

Comme à l’accoutumé, la Justice Algérienne a pris tout son temps pour instruire les dossiers de procédures de mandats d’arrêts internationaux contre eux, oubliant que le Monde tourne avec ou sans elle…

Ainsi, le quotidien rapporte que les autorités judiciaire ont officiellement lancé un mandat d’arrêt international contre Abdeslam Bouchouareb et Chakib Khelil, après que ces derniers n’aient pas répondu à « deux convocations consécutives ». Et si l’opération a pris « un certain temps », explique le quotidien, « c’est en raison de la lenteur des procédures à mettre en œuvre avant d’arriver à lancer un mandat d’arrêt international ».

L’incompétence des uns qui fait le bonheur des autres …

Résultat : les deux ex-ministres, aux rôles premiers, dans la ruine économique du pays ont eu tout le temps de peaufiner leurs systèmes de défenses et se mettre à l’abri contre toute poursuite, entourés dans cette démarche par des juristes en Droit International de haut vol !

Dés lors, une stratégie en deux temps a été mise ne œuvre : des dossiers médicaux pour retarder la procédure et gagner du temps. Un temps qui leur sera utile pour engager une procédure de demande de « protection politique » (Bouchouareb en France et Chakib Khalil aux USA).

Certificats médicaux « bidon » pour gagner du temps…

Le Soir d’Algérie explique que pour justifier leur absence, les deux ministres « ont, chacun de son côté, et sur conseil d’experts en matière juridique, transmis des justificatifs. Les prétextes de l’un comme de l’autre se ressemblaient dans le fond puisqu’ils ont, chacun à sa manière, mis en avant des problèmes de santé psychologique les empêchant de voyager ».

Ainsi, Chakib Khelil a transmis un certificat médical attestant qu’il était suivi pour des soins psychologiques. Même argument pour Abdeslam Bouchouareb, qui a toutefois pousser le vice plus loin puisqu’il indique qu’il « s’est transformé physiquement de manière à être méconnaissable », révèle le quotidien. 

Plusieurs juristes contactés par Le Soir d’Algérie estiment les procédés utilisés par les deux anciens ministres comme étant « inutiles dans le fond car ils ne servent qu’à gagner du temps et retarder une procédure. Un traitement tel que celui qu’ils ont décrit ne peut durer indéfiniment ».

Dossiers d’ »Asile politique » en cours …

« Gagner du temps ». C’est justement le but de cette manœuvre puisque le même quotidien indique que certaines sources confirment que Abdeslam Bouchouareb et Chakib Khelil auraient introduit « une demande d’asile politique ». Et dans ce cas, conclut Le Soir d’Algérie « toute poursuite reste suspendue jusqu’à acceptation ou rejet de la demande introduite ».

Autant dire que ça va durer…


Sur le même thème :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :