Sidi Said et la découverte de sa mystérieuse « Entreprise de Services Pétroliers » qui retarde le dossier d’enquête…

Dans son édition de ce samedi 12 octobre le site proche du pouvoir DzayerInfo explique pourquoi l’ex-Patron de l’UGTA, Abdelmadjid  Sidi Said, sous ISTN depuis le mois de juin 2019, n’est toujours pas convoqué par la Justice.

Ainsi, selon le site, il y’a bien un dossier en cours d’instruction, « bien chargé », souligne-t-il. Mais les enquêteurs ont retardé la remise de leur rapport pour finaliser une autre affaire explosive qu’ils ont ressorti récemment.

Il s’agit, selon la même source, d’une mystérieuse société de services pétroliers activant à Hassi Messaoud et Ain Salah et qui ramasse des milliards en contrats dans des segments aussi divers que :

  • Service d’ingénierie,
  • Locations de matériels,
  • Soutien logistique.

L’ombre de SONATRACH…

Très peu d’éléments sur cette mystérieuse entreprise ont fuité du dossier d’enquête, mais le site indique que Sidi Said l’a créé sur les vestiges d’une ancienne société publique offrant des services pétroliers sur laquelle l’UGTA avait la main mise et qui a soudainement fait faillite.

Les champs d’action de cette entreprise ont été attribués à l’Entreprise Nationale des Services Pétroliers (ENSP GROUP) – dépendant de SONATRACH-. Et selon plusieurs sources, ce serait par le biais de cette succursale de SONATRACH que l’entreprise de la famille de Sidi Said arrive à rafler des dizaines de contrats, en sous-traitance, pesant plusieurs dizaines de milliards !

Le même site indique que la finalisation de ce dossier qui devrait être ajouté au passif de l’ex-patron de l’UGTA ne saurait tarder. Selon des sources qu’il dit être proche du dossier, c’est » une affaire de deux ou trois semaines ».

 En savoir plus sur Sidi Said :


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :