Katy, Sabine… : BIA, La Banque offerte par l’Algérie aux fils et filles d’oligarques… Français !

Au 67 avenue Franklin Roosevelt, à Paris, existe une banque : LA BIA.

Statutairement et officiellement la BIA est la plus importante banque algérienne établie à l’étranger.

Créée en 1975, dans le cadre d’un partenariat algério-libyen  (capital de 158 millions d’euros partagé équitablement entre la BEA et la Libyan Foreign Bank), elle a vocation de prendre en charge les transactions sur les hydrocarbures vers les pays importateurs (Amérique du Nord, Europe, Asie), mais aussi assurer les relations financières des grandes entreprises Algériennes et libyennes dans la zone OCDE.

Pourtant depuis plusieurs années, outre que cette banque marque des bilans négatifs et est en quasi-faillite, elle fait également l’objet de plusieurs enquêtes par la police judiciaire et la Justice françaises pour des faits graves de détournements de fonds.

BIA Paris, 67 avenue Franklin Roosevelt – 75008 Paris

A quoi sert ce gouffre financier et cette futur bombe judiciaire ?

L’explication du maintien de cet établissement financier à flot nous est expliquée par divers sites, dont Algérie Part.

Selon ces sources, cette banque ne sert en fait à rien d’autre qu’à garantir des emplois aux fils, filles d’oligarques algériens, mais aussi et surtout de proches d’ »amis »… Français !

Selon ces sources, si son PDG, Mohamed Younsi, est un Algérien, des dizaines de postes sont attribués à des filles et fils d’oligarques et politiques français ou franco-algériens à qui l’Algérie accorde par le biais de cette banque des salaires mirobolants et des avantages à n’en plus finir : « Des postes sont même créés pour des personnes qui perçoivent des salaires sans jamais avoir mis les pieds dans cette banque », selon ces mêmes sources.

La Justice française s’intéresse à la gestion de Mohamed Younsi…

Dans son édition du jeudi 3 octobre, le site Algérie Part évoque une enquête menée par la Police Judiciaire Française contre la gestion du PDG de cette banque, Mohamed Younsi. Cette dernière porte sur des pratiques financières opaques de son administration qui intéresse particulièrement la Justice française.

Le site révèle également des dépenses onéreuses, douteuses et inexpliquées du patron de la BIA, sur lesquelles enquête Algérie Part, qui promettent d’être explosives…

Katy, Sabine et les autres…

Autre particularités de cette banque : son personnel de nationalité française ou franco-algériens ayant des liens de parentés avec des personnalités occupant ou ayant occupé de hautes fonctions, notamment dans l’administration Française.

Mme LELARGE Katy

Ainsi, parmi les dizaines d’employés de nationalité française figure une certaine Mme LELARGE Katy.

De nationalité Française, alors qu’elle a été recrutée dans un poste subalterne, elle se retrouve actuellement rien de moins que Directrice du Département Conformité et Juridique en charge de la Sécurité Financière !

Le site souligne que Mme LELARGE a été recrutée en 2000 et personne n’arrive à expliquer une telle évolution à un poste aussi stratégique sans pour autant disposer de la moindre formation (universitaire ou professionnelle) en lien avec ses fonctions !

Le principal manager de la BIA, Mohamed YOUNSI, a préféré arrêter de travailler avec certains partenaires (BNP par exemple) plutôt que d’accéder aux différentes demandes de mise à jour des dossiers et plus particulièrement en communicant le CV de Mme LELARGE en tant que Compliance Officer. 

HAJJAR Sabine

Le site évoque également le cas d’une autre employée de nationalité française : HAJJAR Sabine. Cette dernière a bénéficié également d’une évolution fulgurante.

Elle est arrivée à la BIA il y a une dizaine d’années sans qualification particulière et se retrouve nommée Inspectrice Générale puis Directrice du Département des Risques.

Depuis sa nomination, le site indique que le comité d’audit avait relevé avec surprise l’augmentation importante des frais de prestataires relatifs à la réalisation de différentes missions d’inspection et ce malgré le renfort en ressources humaines.

CHIBAB Yamina

Un autre cadre dirigeant de la BIA joue un rôle controversé dans dans le fonctionnement de la plus importante banque algérienne à l’étranger. Il s’agit de CHIBAB Yamina. De  nationalité française et ex-salariée BFO, elle est arrivée à la BIA en tant que négociatrice au département Crédit Documentaire. Elle se retrouve actuellement propulsée : Directrice de ce même Département Crédit. Mme CHIBAB est directement visée par deux plaintes au pénal.

-BENMALEK Ryad

BENMALEK Ryad, de nationalité franco-algérienne, fils d’un des fondateurs de la BANQUE BIA est aujourd’hui Directeur Commercial via un parcours atypique.

Le  11/07/2018, M. BENMALEK en poste en qualité de simple chargé de clientèle, a été nommé sous-directeur et chargé de l’intérim du Département Commercial.

Mohamed YOUNSI lui attribue deux mois après sa nomination une signature afin d’être d’un niveau similaire avec celle de l’ancien Directeur. Il est depuis nommé Directeur quand l’ancien s’est vu rétrogradé à celui de chargé de clientèle après qu’il ait décidé de lancer un droit d’alerte sur un certains nombres d’irrégularité qu’il a noté…

Dossier à suivre…


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :