Révélation explosive / Raffinerie d’Augusta : SONATRACH perd 25 Millions $ par mois… Ould Kaddour empoche !

Décembre 2018, SONARTACH, sous la direction de Abdelmoumen Ould Kaddour PDG du Groupe, rachetait pour 680 Millions d’Euros la raffinerie d’augustat en Italie, à ESSO Italiana, filiale à 100% du géant américain Exxon Mobil.

Ainsi est née en décembre 2018 : SONATRACH RAFFINERIA ITALIANA Srl, la filiale raffinage Italienne de SONATRACH Spa.

Pourtant, avec ses 50 ans d’âge, cette raffinerie est considérée par tous les experts comme la plus polluante (donc sujets à plusieurs procès par des associations environnementales) et la moins rentable des raffineries du Monde.

« 25 Millions de Dollars de perte par mois »… Ould Kaddour empoche !

10 mois plus tard, dans son édition du 28 septembre 2019, Algérie Part  révèle que cet investissement à but purement politique et qui n’avait d’autre finalité que d’acheter la bienveillance des autorités italiennes et par ricochet celle des américains, perd de l’argent. Beaucoup d’argent.

Ainsi, selon le site, SONATRACH  perd chaque mois plus de 25 millions de dollars ! 

Si Algérie Part évoque comme cause principale, « la mauvaise gestion », d’autres n’hésitent pas à parler d’une mauvaise gestion calculée et mise en place par l’ex-patron de SONATRACH Abdelmoumen Ould Kaddour. 

Soutien politique et Image pour le Pouvoir… Retraite dorée pour Ould Kaddour !

Selon ces deniers, en confiant le management d’Augusta à des cadres peu qualifiés, le but à atteindre était de faire gagner de l’argent aux clients de SONATRACH à ses dépends.

Du coup, les autorités Algériennes ont gagné un peu de la bienveillance des italiens et des américains recherchée et d’image d’un Régime ouvert à l’international.

De son coté, Ould Kaddour en exécutant le plan empoche des dividendes conséquents de cette autre escroquerie économique signée par le système mis en place par le Régime ! Une rente ad vitam eternam pour cet algéro-américain, condamné en 2007 par le Tribunal de Blida pour haute trahison et devenu, par la grâce de Bouteflika, PDG de la principale source de revenue du pays : SONATRACH. 

Histoire d’un fiasco nommé : Augusta…

Algérie Part détaille ce fiasco en indiquant qu’à travers cette acquisition, le système de raffinage de SONATRACH spa devait être renforcé d’une capacité de raffinage supplémentaire de 10 millions de tonnes de traitement par an et d’une capacité de stockage équivalent à une autonomie supplémentaire de 3 jours de consommation en Gas oil et de 3 jours de consommation en essence.

Malheureusement, il s’avère que ces objectifs n’ont pas été atteints car l’équipe mise en place peine à gérer cette raffinerie italienne en se conformant aux normes du management exigé par l’environnement européen.

Quand les « MOUDIR » négocient à l’International…

Surprise ! Toute l’arnaque avait été convoquée en amont. Et les « MOUDIR » (Managers) de SONATRACH n’y ont évidemment vu que du feu !

Algérie Part indique que « le premier contrat négocié avec Exxon Mobil s’est avéré finalement une très mauvaise affaire ». Et pour cause, Exxon achète à un très bon prix toute la production des lubrifiants de cette raffinerie italienne ainsi qu’une bonne partie de la production de bitume et du gasoil conforme aux standards européen. Mais ces trois produits sont fabriqués à partir du pétrole saoudien ou irakien. Le pétrole algérien n’est guère utilisé par la raffinerie d’Augsuta !

Le niveau de rentabilité de cette raffinerie reste donc très faible pour ne pas dire quasi-inexistant puisque Sonatrach dépense beaucoup plus pour assumer les charges et n’a déployé aucune stratégie pour rentabiliser cet investissement de… 580 millions d’euros.  Sonatrach a consenti, en plus de ce montant, à un investissement de près de 100 millions d’euros pour relancer l’activité industrielle de la raffinerie Augusta.

Un plan d’investissement qui ne fonctionne guère et le départ d’Abdelmoumen Ould Kaddour de la direction générale de Sonatrach a fini par précipiter ce dossier dans le bricolage le plus inquiétant.

SONATRACH humiliée par BP et Total…  

L’équipe mise en place autour d’Ahmed El Hachemi Mazighi, Vice-Président Commercialisation de Sonatrach, a échoué à trouver un partenaire international capable d’aider Sonatrach à gérer cette immense raffinerie italienne. Le résultat est catastrophique et les pertes financières s’accumulent depuis de plusieurs mois.

Face à cette saignée, la nouvelle direction générale de Sonatrach a entamé une recherche de financement par une banque internationale pour trouver des fonds qui financeront l’achat des matières premières dont a besoin la raffinerie Augusta pour son fonctionnement.

Sonatrach recherche activement des partenariats pour gérer cette raffinerie. Des discussions sont en cours avec BP et Total, les deux géants européens. Mais ces gros géants ont donné des conditions jugées humiliantes pour Sonatrach ne lui garantissant même des bénéfices annuels.

« Face à cette situation, les dirigeants actuels de Sonatrach restent les bras croisés et se distinguent par un immobilisme inquiétant. Et l’Algérie perd toujours de l’argent… », conclut Algérie Part.

« On a misé sur 2 ans ! »… Le pari perdu de Ma Revue De Presse DZ  

Dans son édition datée du 14 juillet 2018, Ma Revue De Presse DZ misait sur 2 ans pour que cette escroquerie de la raffinerie d’Augusta éclate. Force est de constaté que le pari est perdu puisqu’il n’aura finalement fallu que 10 mois !

« Pourquoi ces gens-là fuient-ils leurs pays ? »… La petite question qui fait bondir le personnel politique Algérien !

 


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :