« Nous les poursuivrons en Justice ! » : Menace sur les 80 Maires qui refusent d’organiser le « 5e mandat sans Bouteflika ! »

Ils sont pour l’heure, 80 Maires de plusieurs communes de Bejaia et Tizi Ouzou qui ont déclaré refuser d’organiser les élections présidentielles qui « ont vocation de reconduire le Régime à travers un président issu de l’ancien système ». « Un 5e mandat sans Bouteflika », comme le qualifient les algériens…

« Nous saisirons la Justice« 

« La loi électorale est claire dans son volet pénal. Le président de l’Autorité indépendante de contrôle des élections peut saisir le procureur de la république, contre toute entrave de la part des agents de l’administration ou officier public, qu’il soit maire ou fonctionnaire ».

La menace est claire. Elle émane de Ismaïl Bouguerra, membre de l’Autorité de contrôle des élections. Et la cible n’est personne d’autre que les 80 Maires de plusieurs communes de Bejaia et Tizi Ouzou qui ont annoncé « leur refus de contribuer au déroulement de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain », rapporte le site TSA dans son édition de ce dimanche 29 septembre.

Parmi les entraves qui pourrait inciter l’Autorité à recourir à la justice, ce monsieur cite : « la destruction des urnes le jour des élections, la fermeture des bureaux de vote aux personnes souhaitant voter et tout acte punissable par la loi et qui peut entraver l’opération électorale ».

Sur ce point une autre catégorie d’algériens est ciblée : Il s’agit de citoyens d’autres wilayas comme Bouira et Boumerdes qui ont carrément décidé de fermer les bureaux des élections dans leurs mairies.

« Aucune plainte pour l’heure…« 

Ali Draa, chargé de communication de cette Autorité, affirme qu’« aucune plainte n’a été déposée pour le moment ».

« Des maires de Bejaia et Tizi Ouzou ont fait une déclaration politique sur la non-participation aux présidentielles, mais ils n’ont pas, pour le moment, entravé le processus électoral. On ne peut pas donc porter plainte, en l’absence de faits », a-t-il indiqué au même site.

Tizi Ouzou : « Nous dénonçons cette énième manœuvre de perpétuer le Régime en place »

Dans son édition de mardi 24 septembre, le même site rapportait qu’une quarantaine de présidents d’APC de la wilaya de Tizi Ouzou ont annoncé  leur refus de contribuer au déroulement de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain.

Cette décision a été prise, est-il écrit dans la déclaration finale « après avoir pris acte de la volonté du pouvoir illégal et illégitime à maintenir la tenue des élections présidentielles pour le 12/12/2019, qui sont rejetée par le peuple dans le fond et dans la forme ».

« Considérant l’institution d’une autorité pour l’organisation des élections dans son contexte de création, ses premières pratiques, ainsi que sa composante, incarnée par son président dont le parcours renseigne bien sur sa fidélité au système mafieux, nous dénonçons cette énième manœuvre de perpétuer le régime en place », dénoncent encore ces présidents d’APC qui condamnent aussi les multiples pressions exercées à l’encontre des agents de l’administration.

Bejaia : « Nous ne répondrons pas à l’appel…« 

A Bejaia, quarante maires ont confirmé, lundi 23 septembre, leur refus d’organiser la présidentielle, selon un document publié par la coordination locale des maires.

« Suite à l’annonce du lancement de l’opération de révision exceptionnelle des listes électorales, en prévision de la prochaine élection présidentielle prévue le 12 décembre 2019, nous, majorité des présidents d’APC de la wilaya de Béjaïa avons décidé, à l’issue d’une réunion tenue aujourd’hui même, de réitérer notre décision et attestons ne pas répondre à l’appel de la commission nationale des élections », écrivent-ils dans une déclaration accompagnée de la liste des signataires.

« Nous condamnons catégoriquement les multiples pressions et harcèlements exercés par cette instance illégitime, désignée par un pouvoir de même nature, sur les fonctionnaires communaux. Nous rappelons que les lois stipulent que tous les documents parvenant aux APC sont soumis à l’approbation des maires. Nous leur assurons que l’autorité que nous exerçons sur les fonctionnaires ne saurait souffrir d’exception en ce qui concerne les secrétaires généraux et que nous n’accepterons pas qu’une autre autorité se substitue à la nôtre », ajoutent-il.

27 septembre : Monsieur le Maire de Tadmait annonce le boycott des Elections Présidentielles 2019


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :