Scandale : Tidjani Hassan Haddam et ses 3 logements FNPOS acquis pour une bouchée de pain !

Dans son édition de ce lundi 9 septembre le quotidien El Watan révèle un scandale impliquant l’actuel ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. Promu par Bouteflika ou (Saïd) avant son éviction, Tidjani Hassan Haddam ne remerciera jamais assez le Fonds national de péréquation des œuvres sociale (FNPOS), pour les trois logements F3 acquis en 2016 à Aïn Naâdja pour 350 millions de centimes dans  le cadre promotionnel. Soit 116 Millions l’appartement !

Un des appartements en question a été acquis en son nom propre, tandis que les deux autres ont été achetés au nom de deux membres de sa famille. Selon le quotidien qui dit détenir des documents, « ces ventes » ne sont rien de moins que « des dons» !

Une affaire d’autant scandaleuse que ce sont les salariés qui alimentent ce fond depuis 1983 !

Genèse d’un scandale ordinaire en Algérie…

Selon El Watan, l’affaire remonte à l’an 2000, quand le FNPOS a décidé de se lancer dans le logement promotionnel. Néanmoins, au lieu de mettre les moyens et d’investir dans cette formule, les responsables de l’organisme ont préféré faire dans la revente à bas prix pour gratifier la clientèle du système.

«A l’époque, on avait acheté 250 logements auprès de l’OPGI à Aïn Benian, Aïn Naâdja, Saïd Hamdine, Hammamet et Dar El Beïda. Après plus de 15 ans de gardiennage et d’entretien qui nous ont coûté des milliards, le conseil d’administration a décidé de revendre 191 unités dans le cadre promotionnel, mais tout a été fait en catimini et sans respecter la réglementation » révèle une source au quotidien.

Il ajoute « Le F3 a été cédé à 350 millions de centimes et le F4 à 450 millions, alors que leur valeur vénale dépasse le milliard de centimes. Il y a des gens qui ont payé juste le premier apport (5 millions). Ils n’ont rien ajouté à ce jour».

Les Haddam et les autres …

En plus des Haddam, la liste des bénéficiaires compte également les noms de l’ex-ministre Mourad Zemali, de l’actuel secrétaire général de l’UGTA Salim Labatcha, ainsi que des proches de membres du conseil d’administration du FNPOS, dont le mandat est pourtant exercé à titre bénévole.

Le quotidien rappelle l’article 14 du décret n°96-75 du 3 février 1996 qui stipule que «le Fonds ne peut en aucun cas et sous quelque forme que ce soit leur allouer une rémunération ou des avantages en nature». Le favoritisme est devenu aussi la règle de distribution des Logements participatifs aidés (LSP) construits à travers le pays.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :