A la prison d’El-Harrach, « pas de hidjab pas de soins pour Samira Messouci » ! L’incroyable révélation de la CNLD …

« Samira Messouci, élue à l’APW de Tizi-Ouzou, s’est vue imposer le port du hijab pour recevoir des soins en détention ».

C’est l’incroyable révélation que fait dans un communiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), publié sur sa page Facebook, ce mercredi 28 août !

« Pour pouvoir se soigner à l’infirmerie, on lui impose de porter un ‘’hijab’’ sous prétexte que l’infirmier qui doit l’examiner est de sexe masculin », peut-on lire dans le communiqué.

« Refusant ce chantage, Samira Messouci se retrouve privée depuis le 28 juin, jour de son arrestation, de soins », dénonce le Comité national pour la défense des détenus, dont sont membres le collectif d’avocats de la défense des détenus d’opinion.

Robe Kabyle et le foulard « Amendil » interdits !

Dans son communiqué le CNLD indique que l’administration pénitentiaire a même tenté de lui imposer le Hidjab pour se présenter devant le tribunal de Sidi M’hammed. Chose qu’elle a refusé. Elle a opté pour une robe Kabyle et le foulard « Amendil » qui va avec !

« L’acharnement de l’administration pénitentiaire va jusqu’à lui interdire le port de la robe kabyle et le foulard ‘’amendil’’ qui va avec, qu’elle avait choisi elle-même devant la condition insistante de cette administration de vouloir lui imposer de porter le hijab le jour de son jugement au tribunal de Sidi M’hammed…

Les détenus, « une monnaie d’échange » pour le Système !

Revenant sur les conditions des détenus emprisonnés après avoir brandi un drapeau berbère durant les manifestations, , le CNLD dénonce des conditions de détention indignes ! « S’agissant des conditions de détention, le moins que l’on puisse dire est qu’au niveau de la prison d’El Harrach, elles relèvent d’une époque qu’on croyait à jamais révolue », affirme le CNLD, estimant que « dans cet établissement, la dignité d’un détenu est une notion étrange ! ».

« Sur le plan de l’instruction du dossier, le CNLD relève un traitement qui s’étire volontairement dans le temps », indique par ailleurs le comité, estimant qu’il « est clair que le seul objectif d’une procédure qui n’a pas lieu d’être au regard de la loi est de faire des détenus une monnaie d’échange ou un moyen de chantage pour la concrétisation de la feuille de route pour régénérer le système qui a ruiné le pays » !

Le Communiqué


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :