Incarcération de Tayeb Louh : Découvrez les 4 charges retenues par les Juges de la Cour suprême…

Entendu toute la journée de jeudi 22 août par les enquêteurs de la Cour Suprême, l’ancien ministre du Travail (2002-2013) et de la Justice (2013-2019), Tayeb Louh, a été transféré en fin d’après-midi à la prison d’El Harrach, où il rejoint plusieurs de ses ex-collègues au gouvernement.

Celui qui a dirigé le département de la Justice pendant presque six ans se retrouve aujourd’hui poursuivi dans une affaire de corruption. En attendant d’autres qui demeurent en cours d’instruction.

Selon le communiqué de la Cour suprême, il a été placé en détention provisoire pour :

  • -Abus de fonction,
  • -Entrave au bon fonctionnement de la justice,
  • -Incitation à la falsification de procès-verbaux officiels,
  • -Incitation à la partialité ».

Après la chute… La prison !

« En date du 18 août 2019, le parquet général de la Cour suprême a été destinataire, de la part du procureur général de la Cour d’Alger, du dossier de procédures engagées à l’encontre de l’ex-ministre de la Justice, Garde des sceaux, Tayeb Louh, et d’autres personnes comparant avec lui dans des affaires punies par la loi », indiquait un communiqué du procureur général de la Cour, diffusé la veille de sa comparution.

L’intéressé avait déjà fait l’objet, en juillet dernier, d’une interdiction de quitter le territoire national. L’Office central de répression de la corruption (OCRC)  avait alors été chargé d’ouvrir une enquête préliminaire à son encontre, pour des faits à caractère pénal relatifs à la corruption.


Lire aussi :



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :