Algérie championne d’Afrique ! Peut-on être fiers d’une équipe produite par les Écoles françaises ? Kourichi, Djadaoui, Sandjak en parlent…


Nationalisme et Religion

Le cocktail ganant du FLN, Since 5 Juillet 1962 !


Si les maillots étaient bien « vert blanc et rouge », les couleurs de l’Algérie, le mérite de cette réalisation et loin de revenir à l’environnement, au travail ou aux écoles de football algériennes inexistantes.  

C’est ce qui ressort de quelques commentaires lus sur le net, suite à cette victoire de l’équipe nationale au championnat d’Afrique des Nation.

En effet, un Article du Parisien (qui a fait témoigner d’anciens joueurs et entraîneurs algériens vivant dans l’Hexagone) n’a pas manqué de le rappeler, jeudi 18 juillet, veille de cette finale qui vient de se terminée par un score de 1 à 0  à l’avantage de l’Algérie et son équipe dont les joueurs sont exclusivement formés en France !

Les sites et journaux algériens n’ont pas manqué de tirer à boulets rouge sur l’article. Il aurait sans doute été sage et professionnel  d’en tirer les vérités (biens qu’amères) pour lancer un débat sur cette pure et simple vérité que nous livre Tarek, un internaute, inconditionnel de foot : « L’Algérie ne forme pas. Le football algérien est gangrené par la corruption et l’incompétence. Les résultats du foot ne sont pas le fruit d’un effort de 90 minutes, mais celui d’un travail de longue halène qui s’acquière à l’issu de plusieurs années de travail et de formation… Et je ne parle pas de la récupération que va en faire de Système Algérien qui s’appui sur le travail de la France ! »

Coupe d’Afrique des nations : une Algérie «made in France»/ Par Le Parisien

Les Fennecs, qui vont tenter de briguer un deuxième sacre continental ce vendredi face au Sénégal, sont composés en grande majorité de binationaux.

Il y aura un petit air de France ce vendredi lors de la finale de Coupe d’Afrique des nations (CAN) entre l’Algérie et le Sénégal au Caire (Égypte). La sélection algérienne est, en effet, composée de joueurs majoritairement nés dans l’Hexagone et évoluant (ou ayant évolué) dans le Championnat de France. En demi-finale contre le Nigeria (2-1), sept des onze titulaires des Fennecs possédaient ainsi la double nationalité franco – algérienne.

Il s’agit du gardien Raïs Mbolhi, des défenseurs Mehdi Zeffane et Aïssa Mandi et des milieux Sofiane Feghouli, Ismaël Bennacer, Adlène Guedioura et Riyad Mahrez. Le latéral gauche Ramy Bensebaini est, lui, Algérien, mais évolue à Rennes (L1) depuis deux ans. Enfin, le sélectionneur Djamel Belmadi, né à Champigny (Val-de-Marne), a évolué durant sa carrière de joueur au PSG puis à Marseille.

« Bien sûr que les résultats sont essentiellement dus à la formation française, déclare Nasser Sandjak, ancien sélectionneur des Fennecs et quart de finaliste de la CAN en 2000. Il n’y a pas de formation en Algérie. Il existe dans l’Hexagone une culture technique, physique et mentale plus importante que celle des joueurs locaux. »

«Un manque d’infrastructures et d’éducateurs»

« Il n’y aurait pas cette équipe nationale qui brille sans la formation française, appuie Abdel Djaadaoui, sélectionneur de l’Algérie entre 2000 et 2001. Il existe pourtant un vivier extraordinaire en Algérie mais la formation est délaissée. On a des lacunes. Il y a un manque d’infrastructures, un manque d’éducateurs qualifiés, bref un manque de tout. On est même en retard par rapport à nos voisins de la Tunisie et du Maroc. Par exemple, La fédération marocaine a engagé comme coordinateur à la DTN Jean-Pierre Morlans (ancien DTN à la FFF en 2007) en 2014. »

Coupe d’Afrique des nations : une Algérie «made in France»

Pourquoi la formation algérienne possède un énorme retard sur ses voisins ? De l’autre côté de la Méditerranée, les jeunes Algériens ne peuvent pas signer de licence avant d’avoir 11 ans. Avant cet âge, les minots jouent au foot dans la rue ou à l’école. « À 12 ans, le gamin algérien a 6 ans de retard sur le gamin français donc c’est un gros problème », indique Nordine Kourichi, ancien joueur international (30 capes entre 1980 et 1986) et coach adjoint de la sélection national sous Vahid Halilhodzic entre 2011 et 2014.

Riyad Mahrez, de la 9e division à Manchester City

Les centres de formation sont, eux, très rares. « Il faudrait que la fédération algérienne exige aux clubs de L1 d’avoir un centre de formation obligatoire », pense Djaadaoui. En attendant un changement, l’Algérie compte sur ses binationaux pour se révéler compétitive dans les grandes compétitions internationales. Sur les 23 joueurs sélectionnés, 14 sont nés dans l’Hexagone et huit sont originaires d’Ile-de-France.

La star de l’équipe, le milieu offensif de Manchester City Riyad Mahrez, a passé toute sa jeunesse dans le Val-d’Oise à Sarcelles et a même évolué jusqu’en senior dans le club local (alors en PH, 9e niveau national) avant de partir à Quimper en cinquième division puis de rejoindre Le Havre (L 2).

« Certains médias algériens contestent les binationaux et beaucoup critiquaient Mahrez avant la CAN.

À l’arrivée, c’est lui qui porte l’équipe à bout de bras, observe Kourichi. Les binationaux sont une force pour l’équipe nationale et ils donnent de la joie à 48 millions d’Algériens. Comme pour moi lorsque j’étais joueur, c’est une fierté pour eux d’évoluer pour le pays de leurs parents et c’est aussi une grande richesse de posséder 2 cultures et 2 passeports ».

Le Parisien, Le 18 Juillet 2019


Lire aussi :


CAN 2019 / Bedoui mobilise 6 avions pour l’Egypte : Les français recalés des bleus font la joie des Verts ! Metz, Tours, Brest, PSG… Merci
Explosion de la corruption dans le football Algérien : « Tous des voleurs et des escrocs » … La FIFA ouvre une enquête !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :