Horreur au CHU d’Oran : Vente d’enfants mort-nés à des sorciers !

« Découpé en morceau et rangé dans un sac en plastique ». C’est ainsi qu’a été retrouvé par les enquêteurs de la PJ dans la cave d’une maison appartenant à un herboriste et qui s’adonnait à la sorcellerie.

Cette histoire atroce rapportée par la presse cette semaine, se passe à Oran. Fin mars, une césarienne tourne mal au CHU Benaouda Benzerdjeb d’Oran. La mère s’en sort, mais le bébé ne survit pas. Et c’est lorsque le père se présente pour récupérer le corps de son enfant que le staff médical lui apprend qu’il avait disparu ! Le père accoure au commissariat et dépose une plainte. Et une enquête est aussitôt ouverte.

Sur place, les enquêteurs interrogent le personnel et très vite leurs regards se concentrent sur une femme de ménage du service maternité. Elle finira par avouer avoir perçu d’un sorcier la somme de 50.000 Dinars pour qu’elle lui remette le cadavre du bébé. Selon ses dires : « Il avait besoin d’utiliser ses membres dans une séance de sorcellerie ».

Remise aux autorités judicaires, le juge d’instruction au niveau de la deuxième chambre du tribunal ordonne sa mise en détention provisoire. Elle est poursuivie pour organisation d’une bande criminelle, commercialisation d’organes humains et pratique de sorcellerie.

Selon ce qui est rapporté, treize (13) employés de l’hôpital, dont des médecins et des administrateurs, ont été placé sous contrôle judiciaire. Tous sont poursuivis pour négligence ayant conduit à la disparition du cadavre d’un bébé.

Il semblerait que l’enquête ne s’arrête pas là puisqu’il s’est avéré que ce ne soit pas la première fois qu’une telle horreur arrive dans cet établissement. Une équipe d’enquêteurs spécialisée de la PJ est d’ores et déjà sur place pour suivre ce dossier qui risque bien d’ébranler toute la corporation médicale jusqu’au plus haut sommet de la hiérarchie !

Il y a 3 ans… Mohamed Yacine

Cette abominable histoire n’est pas sans nous rappeler le crime abject perpétré à Béchar en 2016 contre le petit Deriah Mohamed Yacine (6 ans). Ce dernier avait été kidnappé le 11 octobre 2016 et n’avait plus donné signe de vie jusqu’au 13 du même mois où son corps disséqué et découpé a été découvert par un ouvrier dans un lotissement. Là encore, il s’agissait d’une séance de sorcellerie pratiquée par cinq (5) membres d’une même famille résidents dans la localité rurale de Mazer (160 km au sud de Béchar).

L’enquête de la Gendarmerie Nationale a permis aux juges du tribunal de Béchar de condamner trois des auteurs de ce crime, tous membres d’une même famille, à la peine capitale tandis que leur deux (2) autres sœurs ont écopé d’une peine de 10 années de réclusion criminelle.

Il ne faut pas en parler, ça risque de donner une mauvaise image !

Ce genre d’affaires devrait susciter des débats sur l’étendue de ces pratiques obscures au sein de notre société, mais surtout sur leurs origines. Mais c’est sans compter la chape de plomb que font peser les moralisateurs publiques qui au nom de la préservation de l’image du pays et de sa pratique religieuse, préfèrent la posture de l’autruche en mettant la poussière sous le tapis !


Lire aussi : Étude : Le terme « xnxx » plus recherché sur Google par les Algériens que le terme « Coran » !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :