Deux Algériens déposent plainte en Suisse contre Bouteflika et son Personnel !

L’avocat Maître Lachemi Belhocine et le docteur Aïssa Boudrama, tout deux Algériens résidents en Suisse s’engouffrent dans la brèche ouverte par la législation Suisse qui permet de bloquer les avoirs de politiciens corrompus étrangers ayant leurs biens dans ce pays.  En effet, interrogés sur la question, deux légalistes Suisse, Pascal de Preux et Daniel Trajilovic, évoquaient cette possibilité.

L’outil : « la loi fédérale sur le blocage et la restitution des valeurs patrimoniales d’origine illicite de personnes politiquement exposées à l’étranger ».

Et c’est justement envers cette institution, que Maitre Lachemi Belhocine et le docteur Aïssa Boudrama se sont tournés.

Algérie Monde Infos dans son édition de ce dimanche 14 avril, révélé qu’une requête a été déposée auprès de la Confédération suisse par ces deux algériens.

« La mesure conservatoire que nous demandons a pour but principalement d’empêcher que ces avoirs soient retirés des comptes bancaires suisses pour être virés vers des destinations sans traçabilité »,  est-il écrit dans la requête.

« Il est de notoriété publique qu’en raison du soulèvement populaire en Algérie depuis le 22 février 2019, plusieurs oligarques algériens du clan Bouteflika ont commencé à retirer leurs fonds des banques suisses pour les virer vers des destinations qui échappent à tout contrôle », alertent les plaignants qui rappellent que cet argent est « en réalité la propriété du peuple algérien qui a été spolié illicitement ».

Quelles chances pour que cette plainte aboutisse ?

Selon l’avocat Suisse, Maitre Daniel Trajilovic, deux éléments peuvent jouer en faveur de la recevabilité de la plainte :

  • « Quelle que soit l’issue des tractations en cours, la législation suisse offre au Conseil fédéral la possibilité d’intervenir indirectement dans la crise institutionnelle qui frappe l’Algérie, par le blocage des valeurs patrimoniales appartenant au président algérien et à son entourage, en application de la loi fédérale sur le blocage et la restitution des valeurs patrimoniales d’origine illicite de personnes politiquement exposées à l’étranger».
  • Le degré de corruption du pays, un facteur en faveur de l’application de cette loi.D’autant poursuivent les avocats que « Le degré de corruption du pays (Algérie) est avéré ; l’indice de perception de la corruption, établi par Transparency International en 2018, classe l’Algérie parmi les pays les plus corrompus de la planète ».

Lire aussi : Lyamine Zeroual confirme l’ « usurpation d’identité » du Président par son frère Said… Les avoirs des Bouteflika menacés en Suisse !

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :