« !نحن لصوص و مرتشين » : Algérie Part explose la Famille Louh !

Il adore faire de longues phrases dans la langue de Moutanabi. Très longue avec ce regard qui se veut intelligent, qui se veut charismatique…

Une espèce d’abrutit qui ne dit généralement rien, dont le discours est incompréhensible, ennuyeux et ce regard inexpressif est plus proche de celui d’un bœuf que d’un ministre d’un Etat.

Bref, lui c’est Tayeb Louh. Un type qui aura orchestré sciemment l’emprisonnement de plusieurs opposants, journalistes ou simples innocents  qui dérangeaient le pouvoir algérien, et qu’Algérie Part vient de mettre à nu dans son édition de ce samedi 23 mars.

Ainsi, selon le site, depuis le 22 février, jour de la première marche populaire, Tayeb Louh a suspendu les travaux de construction de sa 4e villa à Tlemcen.

Quatrième ! Le fruit de « KASSAMEN », « TAWRA ADIMA », « MALYOUN WA NISF MALYOUN CHAHID »… ETC ETC.

Mais si Tayeb Louh abandonne sa 4e villa, il conserve toujours ses trois autres villas, porusuit Algérie Part.

Ainsi, pour protéger ses biens immobiliers, le ministre apeuré par le changement est en train de céder ses parts à ses proches, notamment sa fille adoptive qui vient d’hériter de sa somptueuse villa à Dely Ibrahim.

Panique chez le beau-frère de Tayeb Louh !

Autre membre de la famille Louh pris de panique par le vent de changement qui se dessine : Le beau-frère de ce monsieur, le sénateur Ouraghi Ahmed.

Ce dernier, révèle Algérie Part, détient de nombreuses affaires dont certains projets portent le nom de son associé Ghemadi Mohamed, un personnage sulfureux qui n’a pas cessé de susciter des polémiques en raison de ses activités louches durant toutes ces dernières années dans la région de Tlemcen.

Ainsi, craignant une inévitable « chute » dans le sillage de ce mouvement populaire qui réclame le changement radical du régime algérien, Ouraghi Ahmed a commencé à léguer plusieurs de ses biens et commerces à la mère de son associé, Ghemadi Mohamed, dans le but de se protéger contre des éventuelles poursuites judiciaires lors de la prochaine disgrâce de son protecteur, son beau-frère Tayeb Louh.

Louh, une famille d’escrocs de père en fils !

Parmi les business recensés par Algérie Part,

  • -Le le Mirage Club de l’hôtel Renaissance,
  • -Une entreprise de travaux publics,
  • -7 cafétérias,
  • -Un cabaret
  • -Ainsi que d’autres biens et entreprises avec des registres de commerce falsifiés.

«  ! نحن لصوص و مرتشين » (Nous sommes des voleurs et corrompus).


Lire aussi : Innomedia, l’Agence de Com des Bouteflika convertie en officine de Trolling… Objectif : Une cyber-attaque pour casser la Révolution !

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :