MISE AU POINT : Bouchachi, Tabou, Assoul : Amateurs ou Cheval de Troie pour exploser la révolution ? Une bombe nommée Dhina ! »

Pourrait-on imaginer que dans les pays qui ont imaginé, développé, instauré le système dit démocratique, qu’un parti Nazi ou Fasciste puisse faire de la politique de nos jours ?

Réponse : NON.

Pourquoi ?

Parce qu’ils ont été à l’origine de la Seconde Guerre Mondiale. Leurs idéologies, n’écartant pas l’option de la violence, ils ont mené l’Europe dans une guerre qui a fait des dizaines de millions de morts.

Quand un mouvement politique a du sang sur les mains, il perd toute possibilité d’avoir droit de citer.  Il est tout simplement interdit parce qu’il n’a pas la compétence de gérer ses émotions.

Tout est permis en politique : mensonge, diffamation, coup bas… La limite étant le sang.

Quand on n’a pas de self contrôle. Quand on n’a pas la patience et le sang froid pour faire face aux attaques, à l’arnaque, à la fraude, à la triche qui sont tous des outils en politique, on fait autre chose. On ne s’engage pas en politique.

Le FIS, par son amateurisme, a contribuer à déclencher une guerre. 200.000 tués. Engager de jeunes civils à une guerre contre une des armées les plus équipée d’Afrique. Qui détient l’un des services de renseignement les plus performants du Monde. Même le plus fou et irresponsable des généraux n’aurait pas osé envoyer ses soldats se faire charcuter de cette manière !

Dans d’autres cultures où la dignité a un sens, ses membres se seraient cachés pour s’être aussi misérablement trompés. Chez d’autres où elle a encore plus de sens, ils se seraient fait SEPPUKU.

Maintenant, concernant Bouchachi et consorts :

Une classe politique qui se dit vouloir mener l’Algérie vers un autre Cap, une nouvelle ère et qui utilise les même méthodes laxistes envers les criminels, de pardon, d’acceptation de discuter avec ceux qui ont fait couler autant de sang ; sous couvert d’être ouverts au dialogue, démocrates et contre l’exclusion, ou je sais quel autre argument foireux pour cacher sa lâcheté, son manque d’assurance, de confiance en soi, en ses idées et ses convictions ;

Cette classe politique n’est qu’une pâle copie du système actuel.

Et il est prouvé qu’une copie ne sera jamais meilleure que l’originale.

Autant garder l’originale.

«  Le désespoir est un mauvais conseiller ». 


Henri-Frédéric Amiel 

Lire aussi : Bouchachi, Tabou, Assoul : Amateurs ou Cheval de Troie pour exploser la révolution ? Une bombe nommée Dhina !

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :