« La prière doit se faire à la maison, pas à l’Ecole » : Benghabrit sous le feu de Naima Salhi et sa meute !

On apprend dans une école. On prie dans une mosquée. On chie aux chiottes. On mange au resto…

On appelle ça l’organisation. Chaque établissement a aune activité qui lui est propre. Chacun s’occupe de son petit truc. C’est comme ça que les vaches sont biens gardées.

A propos de vaches, Naima Salhi se fait une des fers de lance de la campagne synchronisée contre la ministre de l’éducation, Nouria Benghabrit. Des attaques au verbe et l’insulte crus, comme savent si bien faire les islamistes algériens (Un de leur rare savoir-faire pour faire entendre leurs voix via ce merveilleux système mis à leur disposition par le juif Mark Elliot Zuckerberg.

Cette campagne s’appelle « SALATI HAYATI » (ma prière, ma vie). Et sans surprises, des dizaines de milliers de jeunes et moins jeunes algériens suivent. Sans trop savoir quoi, ni pourquoi, mais ils suivent.

Tout a commencé le 4 février…

« La prière doit se faire à la maison, pas dans les écoles ». C’est ce qu’a déclaré le 4 février, la ministre de l’éducation, Nouria Benghabrit. Tout bêtement. Tout simplement.

Qu’est ce qu’à découvert la ministre de plus que ce qui est admis dans le monde animal comme végétal ?

Sauf qu’il y a le monde animal, le monde végétal et le monde Algérie. Les attaques sans retenues qui ont suivi cette déclaration de la ministre donne la bonne image de ce qu’est advenu de l’être algérien sujet à l’endoctrinement idéologique arabo-islamiste 56 ans durant : Un être dépourvu de bon sens, incapable de réflexion, de retenue. Vulgaire.

Elle parlait de la France… CONNARDS !

D’autant que Benghabrit évoquait un sujet qui concerne la France et n’a en aucun cas parlé d’Algérie.

Oui, en France, il existe une loi qui interdit le prosélytisme religieux dans leurs écoles. Cette loi existe depuis 1905 et concerne toute les religions (les vraies comme les fausses).

Et il se trouve que la ministre évoquait la circulaire émise par la directrice de l’école internationale algérienne à Paris datée du 27 janvier. A Paris, en France.

Benghabrit explique : « Ce qui s’est passé, c’est qu’une élève […] est sortie dans la cour (de récréation), alors que cette école est entourée de plusieurs immeubles, (pour faire la prière) de manière très ostentatoire », explique la ministre qui juge que la « directrice de l’école n’a fait que son travail ».

Au final la question à poser serait plutôt : Qui a demandé à cette élève d’encore exposer la religion musulmane au feu des critiques en France et ainsi donner un argument de plus aux islamophobes ?

Petit florilège du résultat du choix de l’idéologie comme outil unique de gestion des affaires de l’Ecole comme de la cité ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

_________________________

Lire aussi : Les Oulemas Algériens, grands défenseurs de l’Algérie Française, demandent le départ de Benghebrit !

Laisser un commentaire

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :