Election présidentielle 2019 : L’énigmatique Ali Ghediri… L’homme qui veut réformer l’Algérie avec des vœux et des slogans !

Mauvaise Communication ou juste un autre subterfuge du Pouvoir ? Les semaines à venir nous en diront un peu plus.

Ali Ghediri, Général à la retraite et candidat à la Présidentielle.

Dans son intervention au Forum de Liberté, le 27 janvier, il promet de construire « une Algérie nouvelle » pour que l’Algérien soit fier de porter son passeport. La Déclaration du Premier novembre 1954 (déclenchement de la Guerre de libération national) est la référence des valeurs que le candidat veut sauvegarder dans cette quête de « rupture ».

De la place de l’islam et de la laïcité…

Interrogé sur le spectre de l’islamisme qu’agite de Pouvoir à chaque élection pour brouiller les cartes, il répond : « Vous semblez craindre les spectres qu’agite ce système pour neutraliser ce peuple. Ce système ne me fait pas peur, ça sera lui ou moi ».

Sur la question fondamentale de la laïcité et de la religion en politique, il répond : « Je ne saurai conjuguer la modernité avec un déni de quelques composantes que ce soit de notre identité ».

En clair, la religion demeurera un levier politique en Algérie.

Et de se lancer sur une dissertation sur ce qu’il aimerait que soit l’islam : « Le problème du religieux n’est pas de faire de nous des impies, mais de rendre à l’islam la dimension qui a fait de nous des hommes libres. Un islam authentiquement algérien. Un islam qui sert le pays ».

A quelques nuances près, il pense exactement la même chose que mon épicier. « Le bien c’est bien. Le mal c’est pas bien ».

Beaucoup de rhétorique, mais pas de chiffres…

Bref, beaucoup de Slogans, d’espoirs, de phrases longues, mais pas de chiffres. Aucun chiffre.

Le problème avec les gens qui préfèrent la rhétoriques aux chiffres, c’est qu’ils nous font rappeler toutes ces grandes figures en postes en Algérie depuis un demi-siècle qui ont asséné ce peuple de grandes phrases, de slogans, d’espoirs de lendemain qui chantent, mais qui, manquant de culture sur les dossiers qu’ils débattent, n’apportent jamais le moindre chiffres, rien de palpable, rien de concret apte à être opérationnel. Des généralités, des thèses subjectives qui ne reposent sur aucunes données de terrain.

En clair, du blabla de coiffeuses ou d’amateurs de café bien serré.

Que vaut un programme non-chiffré ? En gros rien.

La preuve, 56 ans de rhétorique, de slogans, de longues phrases. Résultat : chaos politique, chaos économique et surtout chaos social et sociétal !

Dossier à suivre…

Lire aussi : Election Présidentielle : Les journalistes Algériens se demandent si Bouteflika va se présenter… Personne ne demande s’il a le droit de le faire !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :