Dans sa course à vouloir battre le Maroc, l’Algérie s’invente un nouveau titre : « L’Algérie berceau de l’humanité » ! « Que de bêtises », disent les archéologues …

300 000 ans. C’est l’âge des plus anciens fossiles d’hommes modernes (ou Homo sapiens) découverts au Maroc par l’archéologue français de renommée mondiale, Jean-Jacques Hublin !

Un titre qui ne plait pas trop aux tenants du pouvoir en Algérie. Ces derniers auront dépensé plus de 3 milliards de dollars pour construire une mosquée avec un minaret plus grand de 57 m de celui qui a le titre : la mosquée Hassan II  de Casablanca (Maroc). (Minaret Mosquée d’Alger : 267m – Minaret Mosquée Hassan II : 210m).

Bref, en privant la population Algérienne d’hôpital, puisqu’elle se soigne toujours dans le principal hôpital érigé par la France coloniale Mustapha Pacha (1884), le pouvoir d’Alger a ce titre et a donc battu le record des Minarets !

Ne voilà-t-il pas que ces mêmes responsables algériens s’inventent un nouveau challenge : fabriquer une histoire pour battre le titre marocain en archéologie.

Pr Sahnouni, le rentier en mission…

C’est ainsi, qu’intervient un archéologue algérien, inconnu de la corporation, du nom de Pr Mohamed Sahnouni. Un autre rentier comme sait si bien en fabriquer le Pouvoir algérien. Ainsi ce Monsieur est apparu dans plusieurs médias jurant et attestant que lui est son équipe ont mis au jour quelque 250 outils de pierre sur le site d’Ain Boucherit (Sétif). Ces choppers, lames et autres éclats auraient servi à décharner la viande de carcasses. Simultanément, de nombreux fragments osseux de bovidés et d’équidés ont été trouvés, porteurs de marques de découpe. Et de certifier que ces outils auraient été taillés voilà 2,4 millions d’années !

Et d’en conclure aussi sec que l’Algérie pourrait être le deuxième berceau de l’humanité après l’Afrique de l’Est, où des outils datés de 2,6 millions d’années ont été exhumés.

Chouette, on a battu le Maroc ont chanté pendant plusieurs jours tous les médias Algériens, tout aussi rentiers que ce pseudo « PROUFFISSOUR ».

« Que d’encre et de bêtises… »

Mais voilà que des archéologues sérieux s’en sont mêlés. Ainsi, voyant l’absurdité de l’affirmation du monsieur, qui de surcroît personne ne connait, ces derniers ont du sortir de leurs réserves habituelles. Ils n’ont pas hésité à employé le mot approprié à la situation : « Bêtises ». 

« Que d’encre et de bêtises ont été déversées après l’annonce de la découverte d’outils en pierre taillée remontant à 2,4 millions d’années. Les journalistes se sont tout juste bornés à reprendre l’article paru dans la revue Science. Mais, selon plusieurs archéologues, dans son enthousiasme, l’équipe découvreuse a poussé le bouchon un peu loin ». C’est ce qu’on peut lire dans le journal Le Point qui révèle dans on édition de samedi 14 décembre, la supercherie.

« Méthode de datation grossière »

Mais voilà, tous les archéologues sont loin de partager les conclusions de Sahnouni. Les outils n’auraient pas plus de 2 millions d’années. « La technique du paléomagnétisme n’est pas une méthode adaptée à une datation précise », assure le paléoanthropologue Jean-Jacques Hublin. En deux mots, cette méthode repose sur l’inversion du champ magnétique terrestre tous les 700 000 ans, à peu près. Un coup le nord magnétique est au nord, un coup il est au sud. À l’intérieur des roches en formation, les particules métalliques s’alignent en fonction du champ magnétique terrestre. Ce qui permet donc une datation très grossière des roches.

En fait, les paléontologues ne l’utilisent que pour comparer l’âge des roches entre elles, mais pas pour établir une datation exacte. C’est pourtant la méthode choisie par l’équipe de Sahnouni pour dater les roches renfermant les pierres taillées. Donc méfiance ! D’autant plus que les fossiles d’animaux retrouvés avec les outils appartiennent à des espèces bien plus récentes que 2,4 millions d’années.

Conclusion… amusée

Bref, ajoute ce professeur de renommée mondiale « dans son enthousiasme, il se peut bien que l’équipe d’archéologues ait poussé le bouchon un peu trop loin. Les pierres taillées pourraient donc être bien plus récentes. Dans ce cas-là, au lieu d’avoir été utilisées par les premiers Homo, elles pourraient être attribuables à Homo ergaster (ou erectus) ». Ainsi, conclut-il amusé, « inutile de parler de deuxième berceau de l’humanité ».

grande-mosquc3a9e

Lire aussi : Ma Participation pour gagner 100 millions au concours du poème sur « La Grande Mosquée d’Alger ».

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :