Procès Abdou Semmar le 8 novembre : Pourquoi il faut le soutenir…

On l’aura compris, Abdou Semmar n’est pas un ange. Si tant est qu’il existe des anges sur terre. Il balance sur les uns et pas sur les autres. Sauf que les uns comme les autres sont pourris. Du coup, Abdou Semmar apporte la moitié de la vérité. A d’autres de compléter le tableau.

« Une seule main ne peut pas applaudir », dit le dicton Algérien.

Chose étrange, ou pas, certains applaudissent, l’exploit du régime d’Alger. Acclament les images d’Ennahar. Non pas qu’ils aiment le Régime d’Alger. Non pas qu’ils vouent une admiration quelconque à la télévision Ennahar qui inonde les ondes d’images de Kamel Bouakkaz, de Abdou Semmar ou de Adlène Mellah. Ennahar qui n’a pas produit autant d’images lors de la mise en détention de 5 Généraux-Majors. Non. Ils sont juste comme ça. Incohérents. Bêtes. Méchants.

Le problème c’est qu’à force de se tirer sur les pattes, les Algériens toute tendance confondue, ne font que le jeu du système. Il est là. Il regarde se beau monde se taper dessus. Et il continue à  remplir ses comptes à Paris, à Londres et au Panama. Depuis 56 ans. Et pour les prochains 56 ans encore.

Abdou Semmar n’a pas inventé l’info sélective

En France, le Figaro tape sur la gauche et épargne la droite. Libé lui, tape sur la droite et épargne la gauche. Les deux sont antagonistes, mais le fruit de leur travail est complémentaire. La démocratie est ainsi faite.

On ne peut pas agir seul. Le journaliste à besoin de fric pour informer. Même pour ne donner qu’une moitié d’information. Un autre journaliste ira chercher du fric dans l’autre camp et tapera sur les casseroles du bailleur de son confrère. Et le tableau est fini. La manière compte peu. Seul le résultat prime.

Et si le journaliste s’en met dans les poches au passage, c’est tant mieux pour lui. Et pourquoi s’en priverait-il, surour en Algérie, au pays de la TCHIPA, où des journalistes habitent dans des dortoirs, voire des Hamam ? D’autant qu’il ne saurait y avoir d’intérêt général, s’i n’y avait pas d’intérêt personnel !

Pour finir…

Moralité : le méchant ce n’est pas le journaliste. Le méchant est celui sur qui il balance les dossiers. Abdou nous a appris des choses sur Saidani et a délibérément cacher les dossiers de celui qui l’alimente en infos. Un jour, un journaliste sera payé par Saidani, et il nous en apprendra des choses sur les copains de Abdou. Dans cette lutte de fric et de Pouvoir, le lecteur en sortira avec une vision globale de ce qui se trame au-dessus de sa tête et ce qui se trame au dessus du ciel de son pays.

Enfin, le lecteur qui n’applaudit pas l’arrestation d’un journaliste ou d’un clown alors que de hautes personnalités politiques Algériennes optent pour la nationalité française et s’installent loin, très loin  du fruit de leur gestion et du pays dont ils avaient la charge.

Le procès de Abdou Semmar doit se tenir le 8 Novembre.

ABDOU SEMMAR PRISON

Lire aussi : Oyez ! Oyez ! Oyez ! Abdou Semmar est en prison… L’Algérie est sauvée !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :